Tagged: voltaire

Voltaire & the Republic of Letters

CC202 has just moved on from Candide. Voltaire strikes even the casual reader as a captivating persona, with wit and intelligence. However, Voltaire’s role in the “Republic of Letters” is certainly worth a mention. To escape arrest, Voltaire lived at Cirey for fifteen years. He wrote a steady stream of letters to stay connected with his friends in […]

Analects of the Core: Voltaire on people taking advantage of misfortunes

La vieille dit à Cunégonde : « Mademoiselle, vous avez soixante et douze quartiers, et pas une obole ; il ne tient qu’à vous d’être la femme du plus grand seigneur de l’Amérique méridionale, qui a une très belle moustache ; est-ce à vous de vous piquer d’une fidélité à toute épreuve ? Vous avez […]

Analects of the Core: Voltaire on sages

Après le tremblement de terre qui avait détruit les trois quarts de Lisbonne, les sages du pays n’avaient pas trouvé un moyen plus efficace pour prévenir une ruine totale que de donner au peuple un bel auto-da-fé ; il était décidé par l’université de Coïmbre que le spectacle de quelques personnes brûlées à petit feu, […]

Analects of the Core: Voltaire on indecisiveness

« Je voudrais savoir lequel est le pire, ou d’être violée cent fois par des pirates nègres, d’avoir une fesse coupée, de passer par les baguettes chez les Bulgares, d’être fouetté et pendu dans un auto-da-fé, d’être disséqué, de ramer en galère, d’éprouver enfin toutes les misères par lesquelles nous avons tous passé, ou bien […]

Analects of the Core: Voltaire on the pleasure of having no pleasure

Quand les deux curieux eurent pris congé de Son Excellence : « Or çà, dit Candide à Martin, vous conviendrez que voilà le plus heureux de tous les hommes, car il est au-dessus de tout ce qu’il possède. — Ne voyez-vous pas, dit Martin, qu’il est dégoûté de tout ce qu’il possède ? Platon a […]

Analects of the Core: Voltaire on Cunégonde’s disposition for the sciences

Un jour, Cunégonde, en se promenant auprès du château, dans le petit bois qu’on appelait parc, vit entre des broussailles le docteur Pangloss qui donnait une leçon de physique expérimentale à la femme de chambre de sa mère, petite brune très jolie et très docile. Comme Mlle Cunégonde avait beaucoup de dispositions pour les sciences, […]

Analects of the Core: Voltaire on loving the burden of life

illustration from a 1918 edition Je voulus cent fois me tuer, mais j’aimais encore la vie. Cette faiblesse ridicule est peut-être un de nos penchants les plus funestes; car y a-t-il rien de plus sot que de vouloir porter continuellement un fardeau qu’on veut toujours jeter par terre […] I have wanted to kill myself […]